Le sapin de Noël pousse aussi en Auvergne !

November 29, 2019 written by Stéphanie Bonnet

Bien présent dans les foyers français le sapin de Noël s’est généralisé dans les années 1920 en France. En effet, trouvant ses origines dans une tradition venue des pays d’Europe du Nord, il n’a pas toujours occupé une place centrale dans les fêtes de fin d’année. Il a toutefois bien rattrapé son retard car la production du sapin de Noël relève désormais d’une activité importante.

On compte en France plus de 6 millions de sapins vendus à partir de fin novembre et ce jusqu’au moment des fêtes. Plus de 20 % des foyers s’en procurent un et le plus souvent coupé. Bien que la première région productrice de sapins de Noël soit le Morvan en Bourgogne Franche-Comté (avec un million d’arbres commercialisés) et que l’importation de sapins venant de Belgique ou du Danemark soit importante, la Bretagne et l’Auvergne occupent une bonne place.

Focus sur l’entreprise locale Dubost Forêt (pépinière qui réalise également des plantations et des travaux d’entretien) avec une interview de son dirigeant : Romain Saint-Joanis, très attaché à son territoire.

Pouvez-vous nous présenter la pépinière Forest Dubost ?

J’ai repris l’entreprise Forest Dubost il y a maintenant 7 ans. Je connaissais bien la maison implantée à Celles-sur-Durolle depuis plus de 80 ans pour y avoir travaillé précédemment en tant que salarié.

Aujourd’hui 12 personnes composent l’équipe et se répartissent le travail dans 3 activités distinctes : la production de plans forestiers (pépinière), les travaux et entretiens de reboisement et enfin la production de sapins de Noël qui représente 20% de notre activité.

Quelle est votre zone de chalandise pour le sapin de Noël ?

Nos clients, qui sont essentiellement des professionnels (jardineries, fleuristes..), des communes qui demandent des grandes tailles (12 m) et aussi des associations de parents d’élèves,  sont issus de la région AURA avec un débordement de 70 kilomètres à la ronde. Nous expédions en effet dans la Loire. Mais je tiens à préciser que nous sommes de petits producteurs en comparaison à ce qui se fait au niveau national. Nous attachons beaucoup d’importance à la qualité de nos plantations.

Nous favorisons donc la qualité à la quantité.

Quelle est l’essence la plus vendue destinée à devenir un sapin de Noël ?

Sans hésitation le Nordmann. Au niveau national, il atteint 75% des ventes au moment des fêtes. C’est le plus commun, il a la caractéristique de garder ses épines. Mais l’Epicéa est en bonne position et il a l’avantage de dégager une odeur agréable. Nous avons aussi du Nobilis et du Grandis.

A quelle hauteur coupez-vous un sapin de Noël ?

C’est en fonction de la demande des clients mais je dirais que cela peut aller de 80cm en moyenne à 12 m de haut (souvent pour les collectivités : place de village).

Quel âge ont ces sapins ?

Il faut 5 à 6 ans pour qu’un sapin atteigne 80cm et 25 ans pour arriver à 25m. Je dirais que la taille la plus commune demandée  est de 1m50 à 2m et il faut 10 ans à l’arbre pour l’atteindre.

95% des demandes sont orientées sur des arbres coupés.

Cela se passe comment en termes de production ?

Les plantations se font au printemps. Notre pépinière fait 40 ha. L’été est consacré à l’entretien : nettoyage des parcelles, taillage et marquage. Les ventes commencent le 15 novembre. Nous coupons donc dans les premiers jours du mois. Notre activité est intense du 15 novembre au 15 décembre et nous devons embaucher de la main d’œuvre pour ce faire. Le temps est très court et il ne faut pas passer à côté du créneau de vente.

Il faut savoir que nous plantons tous les ans exactement le même nombre d’arbres que nous coupons au printemps.

La philosophie de vos cultures ?

Nous pratiquons une culture raisonnée avec 0 pesticides et 0 engrais. Nos plans sont le plus naturels possibles. Nos travaillons de manière artisanale et revendiquons une production locale.

On entend dire parfois qu’un sapin synthétique est plus écologique car réutilisable, que répondez-vous à cela ?

Bien au contraire, un sapin synthétique demande de produire du plastique et donc nécessite l’extraction de toujours plus de pétrole. De plus sont recyclage coûte cher.

Le sapin naturel coupé peut être ensuite utilisé en bois de chauffage. Sa production est gérée durablement. Comme je l’ai dit plus haut, chaque arbre coupé est replanté au printemps suivant. De plus les plantations sont des grands capteurs de CO2 et le travail autour du sapin de Noël est générateur d’emploi. On a tout intérêt à acheter un sapin de Noël coupé, d’autant plus si il est produit localement : on évite ainsi le transport couteux et polluant.

Donc en résumé : pour avoir une démarche écologique : il faut acheter des sapins de Noël coupés mais locaux !

Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.