Economie de la Forêt en France

2 novembre 2017

L’économie de la forêt en France englobe de multiples activités : de la sylviculture à l’exploitation forestière en passant par le travail mécanique du bois qui opère la première transformation, jusqu’à la fabrication de produits de base.

Les emplois directs et indirects qui en découlent se chiffrent à près de 425 000. Un poids non négligeable dans l’économie française même si la forêt reste encore à l’heure actuelle « sous-exploitée ».

Le marché du bois

L’économie de la forêt en France pourrait rapporter plus quand on sait que l’on ne récolte que 60% de ce qui pousse chaque année. Depuis une vingtaine d’année, le marché du bois tient toutefois une place de plus en plus importante. Le potentiel de la filière bois est conséquent. Cette dernière fournit en effet bois mais aussi emplois : 1/ 3 de plus que dans le secteur automobile à titre de comparaison. Souvent situées en zone rurale, ces entreprises telles qu'exploitations forestières, scieries, menuiseries génèrent au total en France 60 milliards de chiffre d’affaires.

Quant aux transactions forestières, elles sont en progression quasiment sur la totalité du territoire national. Ce sont les biens de plus de 25ha qui enregistrent les plus fortes progressions. Depuis les années 2000, on constate que la progression du prix des forêts est reliée à la hausse du prix des terres agricoles. Un secteur fortement en lien avec l’agriculture.

Associée pour beaucoup à l’imaginaire et aux contes de notre enfance, la forêt envoûte, passionne et laisse parfois rêveur. Mais son intérêt économique est bien réel et les activités qui en découlent génèrent emploi et chiffres d’affaires dans un bon nombre de secteurs : exploitation forestière, travail du bois (menuiserie, parquets, pâtes...) ou bien encore biens de consommation (meubles, construction, carton…) et enfin bois-énergie, fortement encouragé par les pouvoirs publics français mais également européens.

Politique Européenne

Depuis 2014, elle encourage en effet une utilisation plus large du bois et un développement de la filière. Le Fond Européen pour le Développement Rural (FEADER) est ainsi le principal fond européen  en matière de soutien à la filière forêt-bois, notamment via le soutien à la filière bois-énergie et au renouvellement des ressources bois. De manière générale, les politiques européennes favorisent en premier lieu la substitution d’énergie.

En 2017, il est bon d’envisager l’économie de la forêt d’un point de vue mondial et pas seulement national. En effet, les facteurs environnementaux qui alertent les autorités de la planète doivent être pris en considération dès lors que l’on parle d’économie de la forêt.  La notion de gestion durable n’est pas nouvelle : il s’agit d’un concept général défini depuis la Conférence de Rio en 1992. De même, face aux inquiétudes des scientifiques ainsi que de l’opinion publique sur le sujet des gaz à effet de serre, il a été mis en place un système de lutte contre les changements climatiques. Ce système s’est soldé par l’adoption du protocole de Kyoto, qui attribue officiellement aux forêts, le rôle de puits de carbone.

Et dernièrement, la 21ème conférence de l’ONU qui s’est tenue à Paris en 2015 dans le but de lutter contre les changements climatiques, a reconnu la place de l’agriculture et de la forêt comme « réducteurs d’émission de gaz à effet de serre ». La forêt gérée durablement serait bel et bien une des solutions avancées pour lutter contre les effets du réchauffement climatique.

La filière forêt-bois : Une solution naturelle à l’atténuation des effets du changement climatique

Ceci très naturellement depuis des siècles. Le poids très atténuateur de la filière forêt-bois dans les émissions de CO2, plaide en faveur d’une vigilance des pouvoirs publics pour un environnement favorable à l’investissement dans ce secteur, notamment dans celui de l’investissement privé. Fonds publics et fonds privés agissent donc de concert pour la valorisation du capital écologique et économique des forêts, des industries et des entreprises. Cette valorisation passe par la levée de ces capitaux.

L’économie de la forêt en France est associée à un certain nombre de facteurs et de données qu’il est bon d’analyser y compris à l’échelle mondiale avant de se lancer dans tout achat ou vente de parcelles.

Forêt Investissement, au fait des derniers dispositifs mis en place par les pouvoirs publics nationaux et internationaux, reste à votre disposition pour vous conseiller au mieux dans votre placement.

France Économie Environnement écologie CO2 Filière Bois FEADER Gaz à effet de serre Changements climatiques Carbone
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.