La région forestière de Lisbonne

27 février 2019 écrit par Stéphanie Bonnet

Parler de la ville de Lisbonne et de ses attraits touristique est chose courante et bien normale compte tenu de l’attractivité de cette capitale européenne qui connait un réel engouement depuis quelques années. Lisbonne, ses quartiers pittoresques, ses ruelles étroites et odorantes, ses musées, belvédères et autres parcs ne cessent de charmer nombreux visiteurs le temps d’un week-end ou d’une escale plus longue.

Les plus grandes stars de la planète ont choisi le Portugal et Lisbonne en particulier pour poser leurs valises. Madonna, Monica Belluci, Philippe Starck, Eric Cantonna,  Christian Louboutin vante même les jardins portugais comme étant « parmi les plus beaux au monde».

En revanche, on parle peu de la forêt au Portugal et plus précisément de la région forestière de Lisbonne. Et pourtant, la forêt dans la région de Lisbonne occupe une place importante qui n’a cessé de croître depuis les années 50, date à laquelle le pays a connu un reboisement massif, comme nous l’avons évoqué dans un article précédent.

La forêt, les essences, l’exploitation et l’économie de la région forestière de Lisbonne, telles seront les axes de présentation de cet article qui tentera en quelques lignes de vous présenter les atouts forestiers du Portugal au travers d’une de ses régions les plus réputées à l’échelle internationale.

Région forestière de Lisbonne

Il s’agit tout d’abord d’une région administrative qui a été créée en 2002. Elle comprend deux sous-régions que sont Grand Lisbonne (Grande Liboa) et La Péninsule de Sétúbal (Península de Sétúbal). Cette région comprend 18 communes et s’étend sur 2 962,4km². Sa population est de 2 821 699 habitants qui pour beaucoup, parlent le français. En effet, le français s’avère avoir été la première langue obligatoire à l’école au Portugal jusqu’en 1974.

Les limites de la région de Lisbonne sont au nord, la région Centre, à l’Est et au Sud la région Alentejo et au sud et à l’ouest l’océan Atlantique. 

Climat

La position méridionale du Portugal, sur la façade atlantique de l’Europe en fait un pays aux contrastes bioclimatiques marqués. En effet, les températures révèlent des contrastes thermiques qui témoignent de la dichotomie qu’il existe entre zone côtière et intérieur des terres.

Le climat de la région forestière de Lisbonne est caractérisé par la répartition des précipitations et les contraste de températures suivant les saisons. Et bien qu’elle soit située sur la côte Atlantique, c’est une région aride qui présente de petits reliefs (comme la Serra de Sintra et Arrábida et un ensemble de collines au nord de Lisbonne), capables de créer, à l’est et au sud, des zones à l’abri des influences atlantiques.

On remarque une pluviométrie annuelle de l’ordre de 680mm, avec une répartition inférieure à 90 jours.

Parcs naturels et réserves de la région de Lisbonne

Ils sont très nombreux dans la région forestière de Lisbonne et notamment au cœur de la capitale. Le parc Monsento par exemple couvre plus de 1000ha. Par comparaison, Central Park s'étend sur 341 ha au cœur de New York. Le parc Monsanto représente un véritable havre de biodiversité situé au cœur de Lisbonne. Il est d’ailleurs une ressource régionale stratégique en termes d’activités gratuites au cœur de la nature. De nos jours, cette montagne est fondamentale pour la régulation de la qualité de l’air et du climat de la ville de Lisbonne.

Le parc Tapada Nacional de Mafra est un immense parce de 819 ha, entièrement protégé par un mur historique de 21 km. La forêt y occupe quasiment tout l’espace et vit en totale liberté, des populations de cerfs, de sangliers et autres espèces de la faune sauvage.

Le Parque Natural Sintra-Cascais comprend dunes, forêts, lagons avec un littoral accidenté par de hautes falaises interrompues par les plages.

Avec les magnifiques montagnes de Sintra, toute la région est classée par l’UNESCO comme paysage culturel et patrimoine de l’humanité.

Le Parque da Pena constitue la région la mieux protégée de la chaîne des montagnes, le Parque Natural da Arrábida qui s’étend quant à lui sur 10800 ha abrite de grandes diversités d’espèces.

Quant à la Reserva Natural do Estuário Do Sado, elle correspond pour majeure partie à des zones humides, à savoir la rivière elle-même et les marais.

La Reserva Natural Do Estuário Do Tejo est une réserve naturelle qui constitue la plus grande zone humide portugaise et l’une des plus importantes d’Europe. C’est la région du Portugal où l’on peut observer le plus d’oiseaux d’eau migrateurs. Cette réserve accueille en effet régulièrement plus de 50 000 oiseaux aquatiques en hivernage.

Les forêts dans la région forestière de Lisbonne

De manière générale, au Portugal, les zones forestières occupent 67% du territoire national, ce qui permet d’assurer un emploi direct à environ 115 000 personnes. De manière générale, la forêt est privée à 85% au Portugal, 3% appartiennent à l’état et 12% aux collectivités locales et territoriales.

L’évolution de la superficie forestière nationale a augmenté notamment grâce aux projets forestiers portugais en lien avec la Banque Mondiale de 1980 à 1985, qui ont été suivis de programmes de soutien forestiers communautaires successifs.

Les zones agro-forestières de la région métropolitaine de Lisbonne occupent 168000 ha ce qui correspond environ à 57% de la superficie totale.

 

 La région de Lisbonne comprend bon nombre d’espaces non forestiers. Ce sont essentiellement des cultures où la vigne a une part fondamentale notamment dans le district de Lisboã-Setubal. Les oliviers y ont une part appréciable.

Dans la région forestière de Lisbonne, on est dans la forêt du pin maritime.

Les forêts des coteaux accompagnent les rives du Mondego tandis que près de Coïmbra, la forêt a les pieds dans le sable. On pourrait faire l’analogie avec la forêt des Landes. La forêt de Leiria, en bord de mer provoque la fierté des portugais. On pense à la forêt landaise dans le sud-ouest de la France avec des arbres beaucoup plus grands car le climat leur est plus favorable et aussi par ce qu’on les exploite à un âge beaucoup plus avancé.

Dans le secteur de Setubal, la vigne prend une place considérable mais on trouve tout de même de belles forêts de pins maritimes. Le pin Pignon est très présent.

La répartition des principales essences montre clairement que la plus grande partie de la superficie forestière est située sur la rive du Tage. Comme le Nil en Egypte, le Tage nourrit les plaines fertiles et verdoyantes de la région l’Alentejo et de Lisbonne, principalement sur 4 municipalités : Sessimbra (dominée par la Pinède), Palmela et Acochete (prédomine le chêne-liège) et Montijo où l’eucalyptus domine avec le chêne-liège. 

L’Estuaire du Sado

Il constitue une réserve naturelle d’une superficie d’environ 23 000 ha et une zone humide qui longe les rives de la rivière Sado essentiellement de Setúbal à Alcácer do Sal.

Il s’agit d’une zone à très faible occupation humaine, où prédominent les activités agricoles, principalement associées à la culture du riz et à quelques « salinas » (marais salants) dans les zones proches du fleuve et de ses affluents.

La pêche traditionnelle et la cueillette de coquillages sont également des activités développées ici et centralisées dans certains petits villages de pêcheurs.

La culture du riz a débuté au Portugal vers 1760, dans la région de Comporta sur des terres situées le long des rives du Sado.

La région de Comporta et, en général, l’ensemble de la région de la Vallée du Sado constituent aujourd’hui la plus grande et la meilleure région rizicole du pays. La culture du riz constituent l’une des activités économiques les plus importantes de l’estuaire du Sado.

On y trouve également des bois plus ou moins clairsemés de chênes lièges et de chênes verts. La forêt de Pins Pignons est réputée d’une noblesse qui rivalise avec la forêt de Cèdres.

Le néophyte ne le sait pas mais le Portugal possède une surface totale de 175.742 ha de plantations de pin parasol / Pinhero Manso. Cette culture permet la récolte annuelle du pignon de pin. 90% de la production est alors exportée, dont 70 % vers le voisin espagnol. La culture du pin parasol et bien maitrisée au Portugal et devient même mécanisable. Attention toutefois à ce que le travail soit bien fait car sur cette arbre cohabitent 3 générations de pomme de pins.

 

  En ce qui concerne le système forestier et selon le Plan Régional d’Aménagement Forestier, la région forestière de Lisbonne est constituée à 18% de peuplements soumis à la sylviculture intensive dont la fonction principale est la production.

Par conséquent, la grande majorité de la superficie forestière de cette région est principalement orientée vers d’autres types de fonctions : protection, chasse, pêche (dans les zones intérieures) et agrément sans compter l’encadrement esthétique du paysage.

Les principales essences dans la région de Lisbonne

On note la présence de :

  • Sobreiro (chênes)
  • Pinhero Bravo (pins maritimes)
  • Eucalyptus
  • Pinhero Manso (pins parasols)
  • Azinheira (chêne vert)

 La pertinence du pin maritime, de l’eucalyptus et du chêne-liège dans la création de richesse, s’exprime par l’importance nationale de 4 systèmes de production soutenus par les matières premières produites par ces espèces : bois pour le pin sylvestre et l’eucalyptus, liège pour le chêne-liège récolté tous les 9 ans et la culture plus récurrente de l’olivier et du pin parasol qui offre des rendements annuels.

Economie

 La pertinence de l’investissement rural et forestier dans la région de Lisbonne et de manière générale au Portugal, est marquée par les différentes dynamiques des essences évoquées plus haut.

 Investissement valeur de rendement pour une vision court et moyen terme :

  • Agrumes
  • Arboriculture fruits secs
  • Olives
  • Pins parasols
  • Eucalyptus

 

Investissement valeur de patrimoine et valeur refuge pour une vision à moyen et long terme.

  • Chênes lièges
  • Chênes verts
  • Pins maritimes

 L’intérêt majeur des herdade ou quinta (propriétés) portugaises est la polyculture que l’on peut trouver au sein d’une seul et même propriété offrant à la fois une diversité de placements mais aussi de culture. Cela permet ainsi au propriétaire de voguer sur les marchés dynamiques.  L’eucalyptus est très présent dans la région forestière de Lisbonne et son exploitation génère une production intensive qui sert pour la filière de pâte à papier et de carton.  La région a, ces dernières années, considérablement investi dans le renforcement des capacités industrielles, favorisant ainsi une plus grande production. Les produits finaux les plus importants sont donc le papier et le carton. La filière bois permet quant à elle de produire de grandes quantités de meubles et la construction bois est également importante dans la région forestière de Lisbonne.

 Avec une production, en 2017, de 127.000 tonnes d’huile d’olives, le Portugal exporte aujourd'hui pour plus de 430 millions d'euros de chiffres d’affaires de ce produit. Le pays est devenu le 7e producteur mondial d’huile d’olive et le quatrième pays exportateur au monde. La région de Lisbonne joue un rôle important dans cette économie nationale.

Portugal Lisbonne Région forestière Région forestière de Lisbonne Parcs naturels du Portugal
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.