Portugal : Une filière bois très dynamique

4 décembre 2017

Aujourd’hui doté d’une industrie de transformation du bois extrêmement développée, le Portugal n’a pas toujours été un « Pays Forestier ». Le Portugal est un pays qui a été marqué par un intense déboisement jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

Il a fallu attendre le Plan de Repeuplement Forestier de 1938 et la création d’un Fonds de Développement Forestier en 1945 pour que la tendance s’inverse. Aujourd’hui, la forêt Portugaise couvre 40% du territoire portugais et satisfait une économie forestière extrêmement dynamique.

Mise en lumière d’un pays aux essences productives ciblées.

Un paysage forestier en constante évolution

Il faut savoir que les forêts Portugaises ont augmenté de près de 80% au cours du siècle dernier. En effet, fin XVIIIème, le taux de boisement n’était que de 7%. Le Portugal a en effet subit un déboisement intensif au cours des siècles passés sans qu’une politique ou une volonté de reboisement n’ait été mise en place. Ce n’est que dans les années 1940 qu’un Plan de Repeuplement Forestier a été mis en place accompagné quelques années plus tard par la création d’un Fond de Développement Forestier.

Aujourd’hui la forêt couvre 40% du territoire Portugais.

Actuellement, beaucoup de terres incultes ou d’agriculture marginale vont être appelées à être progressivement abandonnées. Ce qui laisse présager de belles perspectives de développement forestier.

37 000 ha de dunes ont été plantés ainsi que 300 000 ha en zone de montagne au cours de ces dernières décennies, ce qui prouve la volonté de développer les peuplements tant de la part des pouvoirs publics que des particuliers. Jusqu’ici, ces derniers faisaient réaliser les travaux forestiers par des agriculteurs et très peu d’entreprises forestières existaient sur le territoire, ce qui est en train d’évoluer. La propriété est quant à elle fortement morcelée dans le nord du pays.

Au contraire, dans la partie sud, la moyenne de la propriété forestière est de 32ha. Elle est associée généralement à de l’élevage extensif et à l’exploitation de la forêt de chêne liège. En effet les importantes campagnes de reboisement ont touché le chêne liège (17%) dans le sud du pays où le potentiel agro-forestier est très apprécié.

On trouve par ailleurs des futaies de pin maritime dans le nord et le centre du pays, du taillis d’eucalyptus à courte révolution surtout dans la zone littorale pluvieuse où il concurrence le pin maritime. Les forêts de chêne méditerranéen se trouvent dans les régions méridionales et à l’intérieur du pays où le climat méditerranéen est plus marqué. Le chêne liège se retrouve dans le nord est et la moitié littorale sud tandis que le chêne vert se trouve dans la moitié sud du Pays.

Un peuplement d’origine artificielle

Comme nous l’avons expliqué ci-dessus, le Portugal a connu un fort déboisement à la  fin du XVIIIème siècle, ce qui explique les peuplements qui sont en grande majorité d’origine artificielle. Seulement 4 essences prédominent, on compte en effet :

  • Le Pin Maritime
  • Le Chêne Liège
  • Le Chêne Vert
  • L'Eucalyptus Globulus

L’Eucalyptus représente la première espèce forestière au Portugal, elle couvre plus de 800 000 ha. La production de papier représente une industrie florissante.

Les feuillus occupent 58% du territoire contre 42% de résineux. On note également une baisse de la présence du pin maritime, en partie due aux incendies.

 

Des essences qui sont largement exploitées même si le faible diamètre du bois scié génère des revenus plus ou moins important pour les propriétaires privés. En revanche, l’économie du papier est florissante.

Une économie du bois

Selon les données recueillies sur le site Internet du Parlement Européen, le Portugal a la chance d’être le « seul pays de l’Union Européenne à bénéficier d’une filière bois excédentaire », ce qui est plutôt remarquable.

L’industrie de transformation du bois est en effet très développée, soutenue par une production importante issue de la forêt artificielle. Le Portugal s’avère être le premier producteur de liège au niveau mondial, le poids de la filière est considérable.

Le gemmage relève également d’une activité artisanale depuis des siècles.

En effet, la récole de la gemme (ou résine) se fait traditionnellement par les agriculteurs, propriétaires forestiers mais représente également un important bassin d’emploi. Aujourd’hui la production de résine (gemme) est concurrencée à l’international par la Chine, l’Indonésie ou bien encore le Brésil dont la main d’œuvre est peu élevée.

L’élevage, l’apiculture, la chasse qui depuis 1986 s’est adaptée aux conventions internationales  ainsi qu’aux directives communautaires, sont autant de revenus complémentaires de la forêt Portugaise. Abritant de jeunes forêts favorisant aujourd’hui une économie des produits dérivés du bois, le Portugal est véritablement un pays d’avenir en ce qui concerne la forêt. 

Le papier, le liège, l’essence d’Eucalyptus ne sont que les produits dérivés les plus connus. Même si leur importance est de taille, les forêts Portugaises regorgent de possibilité de développement économique.

Un pays qui n’a pas encore dit son dernier mot en matière forestière... 

Portugal Économie Filière Bois Acheter une forêt au Portugal Foresterie
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.