Pourquoi investir dans la forêt portugaise?

31 mars 2019 écrit par Francisco Ramos

Dans l'édition du mois de mars du Forest Time, nous avons parlé de la bonne santé de l'économie portugaise, ainsi que des facteurs qui contribuent à l'attractivité du pays vis-à-vis de l'investissement étranger. Dans ce numéro d'avril, et parce que notre métier est la forêt, nous vous proposons de centrer notre attention sur quelques caractéristiques et atouts spécifiques de la forêt portugaise, ce qui nous réserve quelques bonnes surprises.

 Investissement au Portugal, suite......

Parce que le soleil ne sert pas qu'à attirer les touristes

Même si le beau temps est un facteur important dans l'image que l'on souhaite donner du Portugal en tant que destination touristique, secteur très important pour l'économie nationale, son bénéfice influe l’économie nationale sous d'autres aspects.

Avec ses longues périodes de soleil et son climat tempéré, où les températures négatives sont rarement enregistrées de longues périodes sur l'année et avec une concentration de pluviométrie dans le final de l'hiver et début de printemps (période où la croissance des arbres est plus importante), Le territoire portugais permet, d'une façon générale, des niveaux de productivité forestière très élevés. c'est déjà un bon point de départ!

Ce climat Méditerranée, avec beaucoup de soleil et des températures élevées à la fin du printemps et dans l'été, laisse naturellement sa marque dans la diversité des essences plus fréquentes dans le pays. On rencontre donc en priorité des essences peu exigeantes vis-à-vis de la pluviométrie et résistantes au climat chaud.

En observant ces mêmes essences (pin maritime, eucalyptus, chêne-liège, chêne vert et pin parasol), on constate que toutes partagent une même caractéristique, ce qui finit par définir une des principales différences entre la forêt portugaise et les forêts du centre et nord de l'Europe : les cycles d'exploitation sont assez réduits. Et même les cylcles les plus longs (35/45 ans), permettent de générer des résultats dans des phases intermédiaires de l'exploitation. Les cycles les plus courts offrent quant à eux des rendements annuels. 

Cycles d'exploitation forestière courts

Le pin maritime, avec une coupe finale aux alentours des 40/45 ans, peut subir des coupes intermédiaires pour des utilisations aussi diverses que la fabrication de la pâte à papier ou les charpente. Tout dépend de la phase dans laquelle sont faites les coupes.

Le chêne Liège, de son côté, atteint seulement sa pleine production après les 40 ans (Avec 2 récoltes antérieures de liège de qualité inférieure). Mais à partir de ce moment, il peut produire une récolte complète tous les 9 ans. Et ce pendant 17 cycles.

L'eucalyptus permet aussi une coupe complète tous les 9/10 ans et chaque pied planté peut produire sur 3 à 4 générations avant d'être remplacé.

Le pin parasol de son côté produit des pignons tous les ans. La production portugaise de pignons est d'ailleurs reconnue pour la haute qualité  de ce fruit sec. Elle est très valorisée aujourd'hui.

Le chêne vert produit aussi des glands tous les ans (tout comme le chêne liège). Ils sont utilisés pour la « montanheira », L'élevage de porc ibérique dans les champs, source importante de rentabilité. Aussi les gibiers et le bétail s’alimentent de ces glands, ce qui est valorisant pour l'essence. 

Autre aspect de la production forestière portugaise : les produits non ligneux tels que le chêne liège, mais surtout l'élevage du bétail, la chasse, le tourisme ou encore la récolte de champignons et de résine qui permettent la diversification des rendements d'une forêt. Ces micro-économies, contribuent au développement des régions et à l'économie de l'intérieur du pays.

Filière  industrielle performante

Une caractéristique importante de la production forestière au Portugal, c'est le fait de pouvoir s'appuyer sur une filière industrielle du bois et des produits forestiers solides et performants. Cela signifie qu'il existe un marché dynamique et innovant, capable d’écouler les matières premières et d’assurer la compétitivité du secteur. 

Le Portugal marque sa présence au sein des plus importantes entreprises européennes du secteur forestier. Quatre entreprises portugaises font partie du top 100 des plus grandes entreprises du secteur forestier au niveau mondial. On compte seulement 29 pays européens dans le classement. Seule la Suède comprend plus d'entreprises dans cette liste.  

En 2017 le Portugal a été le 19ème pays plus grand exportateur mondial de papier, carton et dérivés. Il se place  en 12ème position au niveau  européen. Le pays a exporté pour 1847 millions d'euro, sur plus de 165 marchés différents, ce qui correspond à 3,4% du total des exportations portugaises. L'industrie du papier au Portugal est extrêmement développée et performante, et utilise technologie de pointe et matières premières de haute qualité. Grâce a ce fait, le Portugal est le 2ème plus grand producteur européen de papiers et cartons non couchés et le principal producteur européen de papier fin non couché. Ce qui représente presque 60% des exportations de papiers de bureau de l'Europe vers le reste du monde.

En ce qui concerne le Liège, il n'y a pas de rival ! Le Portugal est le 1er producteur mondial, assurant 49% de la production de Liège consommée au monde. Et si cette matière 1ère 100% naturelle, versatile et écologique est connue surtout pour son utilisation comme bouchons pour les bouteilles de vin, actuellement son usage va bien au-delà. On peut trouver du Liège dans la fabrication des routes, comme revêtement à l'intérieur des voitures, où dans l'air, comme revêtement d'avions ou de satellites, ou même comme protection thermique sur des vaisseaux spatiaux.       

 Avec ses caractéristiques uniques : léger, élastique , compressible, imperméable aux liquides et aux gaz, très bon isolant thermique et acoustique, avec une combustion lente et une grande résistance à la friction, le liège permet d'être utilisé dans une grande diversité d'applications, de l'industrie vinicole à la construction, les infrastructures, l’architecture et le design, l'industrie aérospatiale, les transports et l'énergie, le sport ou la mode.

Autres exemples de secteurs bien développés : l'utilisation de la biomasse dans des centres de production d'énergie, l'utilisation de bois  jaune pour des poteaux ou l'important secteur du mobilier, extrêmement développé dans la région Nord du pays.

Focus sur la forêt et l'agriculture

Une autre donnée importante est l'importance qu'accorde le gouvernement portugais à l'agriculture, la forêt et au développement régional, avec l'objectif d'améliorer quelques aspects fondamentaux pour l'attractivité et la compétitivité de ces secteurs. Pour 2019 le gouvernement a défini 4 priorités qui, si concrétisées, pourrons bénéficier au secteur forestier. Elles sont : la prévention des incendies, l’organisation et gestion de la forêt, l'augmentation et la gestion des zones irriguées et des ressources hydriques et le support à l'investissement dans l'agriculture et l’agro-industrie.  

Sur le premier objectif il a été annoncé un nouveau Système de Gestion Intégrée des Feux Ruraux (SGIFR). Son objectif et d’améliorer la coordination entre toutes les entités et organismes impliqués dans la prévention et le combat des incendies. Il s'agit d'un sujet de grande importance et sensible pour le secteur et pour le pays. Actuellement, il bénéficie d'une importante attention de la part des autorités nationales et régionales.

À noter  à propos de cette thématique : il existe d'excellents exemples venus du secteur privé. Ce sont des exemples qui démontrent, d'une façon claire, que la définition et l'implantation de plans d'actions multidisciplinaires, de courts et de long termes, ainsi que l’allocation de ressources spécifiques, induisent des résultats concrets et réduisent significativement le risque d'incendie.  

Une autre mesure importante annoncée au début de cette année concerne le plan national des zones irriguées, doté d'un budget de 500 000 000€, et qui ira, d'ici à 2022, augmenter de plus de 50 000 hectares, les zones irriguées et moderniser 40 000 hectares de zones irriguées existantes. Ce plan bénéficiera surtout à l'agriculture traditionnelle, mais aussi à quelques activités forestières (comme la plantation de chêne-liège irrigué, actuellement en phase d'étude ), liées aux plantations de vergers.

Une alternative intéressante

En résumé le secteur forestier portugais est un secteur dynamique capable d'offrir des cycles d'exploitation et de retour sur investissement réduits tout en comptant sur une filière industrielle capable d'écouler les matières premières et qui se montre disponible pour signer des contrats d'approvisionnement avec les producteurs.

En général les prix par hectare sont compétitifs en comparaison avec l'Europe ou l'Amérique du Sud. La valeur d'achat de bois se situe au niveau des cours les plus hauts de l'Union européenne (En partie dû à la qualité de la matière 1ère). Il existe de nombreuses possibilités de candidature pour des appuis soit pour le reboisement soit pour l'entretien des plantations. Si on ajoute le potentiel de diversification avec des produits ou des activités dérivées, comme le tourisme rural ou la chasse, ou en utilisant des sols non productifs pour l'installation de panneaux photovoltaïques, pour donner quelques exemples, on arrive fréquemment à des équations extrêmement attractives pour les investisseurs, encore influencés par des avantages fiscaux applicables aux investissements forestiers au Portugal.    

Forêt Portugal Acheter une forêt au Portugal Investir au Portugal
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.