La Forêt Gariwang

20 février 2018

Article de Morgane Travers

Journalist and Digital Marketing Consultant 

Le Mont Gariwang, situé dans la province de Gangwon en Corée du Sud, abrite une forêt à la faune et flore unique au monde. Après avoir été sélectionné comme lieu pour les compétitions de ski alpin par les organisateurs des Jeux Olympiques de PyeongChang 2018, quelques 78 hectares avaient été détruit afin de permettre la construction de cette piste de ski. Zoom sur cette forêt unique au monde...  

Caractéristiques

La forêt accueille quatre espèces d’animaux en voie de disparition...

C’est en 2008 que la forêt du Mont Gariwang fut reconnue comme site protégé par le Service de Protection des Forêts de Corée.

Vieille de plus de 500 ans, ce sanctuaire accueille plusieurs espèces d’arbres extrêmement rares qui ne peuvent être trouvées uniquement en Corée.

Une de ces espèces d’arbres est le « Wangsasre », un type de bouleau hybride. Mais l’on peut également trouver des arbres Taxus cuspidata d’Asie, des pins de Corée Pinus koraiensis et d’autres Pinus bungeana

Ces arbres prospèrent particulièrement bien dans cette région car les sols de cette forêt restent relativement chauds en hiver et frais en été. 

De plus, la forêt accueille quatre espèces d’animaux en voie de disparition : la loutre eurasienne, le chat-léopard, la martre (un type de fouine) et l’écureuil volant. En voyant un si grand espace de leur habitat disparaître aussi rapidement, c’est potentiellement risquer l’extinction d’une ou plusieurs de ces espèces.

 

La Forêt Gariwang, un symbole

Mais la forêt du Mont Gariwang est bien plus qu’un site protégé pour les Coréens. En effet, elle est considérée comme sacrée et était sous protection royale depuis le 14e siècle de par le fait que les rois de la plus longue dynastie Coréenne (1392-1897) faisaient pousser leur Ginseng dans cette forêt. Le Mont Gariwang est donc également un lieu de pèlerinage et de prières pour de nombreux Coréens.  

 

Une destruction irréversible

Après l’élection de PyeongChang comme ville Olympique en 2011, les organisateurs avaient commencé à chercher un lieu pour l’une des plus grandes compétitions des Jeux : le ski alpin.

Les restrictions spécifiques de la fédération olympique avaient poussé les organisateurs des JO de PyeongChang à sélectionner le Mont Gariwang qui s’élève à 1560 mètres comme endroit pour les compétitions.

C’est donc en 2013 que cette forêt fut déclassée afin de permettre la construction de la piste de ski. Près de 58 000 arbres furent détruits, l’équivalent 78 hectares ou 75 terrains de football.

 

Un plan de « secours »

Les organisateurs des Jeux Olympiques de PyeongChang affirment qu’ils ont reconnu l’impact de cette destruction.

C’est pour cela qu’ils ont annoncé l’intention de replanter 174 Hectares d’arbres « Wangsasre ». Bien sceptiques à ce plan de secours, des groupes d’écologistes en Corée du Sud ont annoncé que rien ne pourra remplacer une faune et flore développée pendant un demi-millénaire. Ils affirment également que l’on ne peut encore quantifier les conséquences exactes de cette destruction.

Malgré les efforts des organisateurs des Jeux Olympiques de PyeongChang de créer des jeux « verts » en fournissant des énergies renouvelables à tous les bâtiments où se dérouleront les compétitions, une des dernières plus vieilles forêts vierges de Corée a été sacrifiée pour une compétition de quatre jours.

En cela, une faune et flore unique a été détruite, créant un déséquilibre de tout un écosystème. Il est important aujourd’hui plus que jamais de comprendre que la forêt est un biotope essentiel et que sa destruction impacte la planète de manière irréversible.

 

 

 

Sources

 

Article basé sur une étude menée par le courtier Européen en énergie Utilitywise.  

Environnement Corée du Sud PyeongChang Jeux Olympiques Forêt Gariwang Déforestation
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.