Carré de Vie : le nœud de l’habitat

September 29, 2019 written by Stéphanie Bonnet

Le « carré » en terme maritime est la salle commune où les officiers prennent leur repas. Etendu au langage courant, le carré est devenu le lieu de vie, plus ou moins grand suivant les bateaux, où l’on retrouve la cuisine et le salon. Ce terme est cher au concepteur de ces Ecolodges nommés « Carré de Vie » car il représente la base d’une habitation à ses yeux : le point de convergence, d’échanges et de convivialité. Un nœud de vie en quelque sorte. Dans cet habitat à la fois atypique et  avant-gardiste, on a souhaité une intégration la plus naturelle possible dans l’environnement qui peut être aquatique, marin ou forestier. Plongeon dans cet univers inspiré des temples Zen aux lignes élégantes en parfaite harmonie avec la nature.

Histoire d’une rencontre

Jacques Pierrejean, architecte-designer d’intérieur à la renommée internationale n’est pas homme à rester sur ses acquis, loin s’en faut ! Se renouveler, se nourrir de rencontres, de défis mais surtout de la nature, tels sont ses leitmotivs qui le poussent à aller toujours plus loin dans la créativité. « L’habitat est un domaine qui me passionne et ce à quoi j’aspire le plus, c’est de vivre au plus près de la nature, au cœur des milieux aquatiques et forestiers avec un accès facilité entre l’intérieur et l’extérieur. La base de la maison japonaise (que j’ai construite en région parisienne) a été je l’avoue, un socle sur lequel s’est appuyé mon travail. Ensuite, ma grande expérience dans l’aménagement de yachts m’a permis d’imaginer de construire une maison à l’image d’un bateau, c'est-à-dire avec une grande autonomie et pouvant s’implanter sur terre comme sur l’eau ». Parti de l’envie d’un client souhaitant créer une maison autonome, Jacques Pierrejean a volontairement poussé la démarche vers un véritable retour aux sources avec une ossature bois et verre, des espaces modulaires à faible impact environnemental, un mobilier naturel, une énergie renouvelable et un système de phyto-épuration, le tout transposable sur la terre comme sur l’eau.

La rencontre avec l’entreprise Boissière (Menuiserie & Ossature Bois) située à Millau, a été déterminante pour l’architecte qui ne pensait pas trouver au cœur de l’Aveyron une telle volonté d’aller de l’avant vers l’innovation. « Frédéric Boissière et son épouse font partie de cette catégorie de personnes qui se lancent dans les défis avec enthousiasme et témérité et cela m’a beaucoup plu. A cela se greffe la compétence et le grand professionnalisme qui se confirment tous les jours et qui font le succès de notre collaboration. J’aime dans cet échange le décalage de générations, en effet, Frédéric pourrait être mon fils. Cette jeunesse entreprenante est pour moi une grande source de motivation et d’énergie".

Moi-même originaire de l’Aveyron, je ne m’attendais pas à cela, mon territoire d’origine m’a agréablement surpris ! 

Aujourd’hui l’entreprise Boissière construit entièrement l’habitat « Carré de Vie » dont un prototype est exposé au siège de la menuiserie.

Un habitat terre/eau

S’installer et vivre dans des endroits où l’on n’a pas l’habitude d’aller, faire d’une maison un navire habitable pouvant aussi bien se poser sur terre comme sur l’eau, voilà le principe de base de Carré de Vie.

La maison « Carré de Vie » est partie d’un carré de 8m/8m divisé en 4 parties : l’accueil/salon, la cuisine, l’espace détente avec des éléments à même le sol afin d’observer la nature suivant les saisons, et un espace sommeil agrémenté de son cabinet de toilette. Une terrasse périphérique de 144m² et des panneaux solaires sur le toit, une réserve d’eau traitée utilisable pour les usages courants (non potable) et rejetée après un processus de phyto-épuration, accompagnent cet ensemble vendu sur une base de 340 000 euros tout compris. Il est possible de faire plus grand et de multiplier les espaces modulaires.

Ancrée dans des plots sur terre ou amarrée de façon à rester stable sur l’eau, la maison « Carré de Vie » puise son inspiration dans la nature, source de bien être. L’homme peut ainsi s’y inscrire en toute harmonie, et le plus discrètement possible, comme on peut le voir dans la maison traditionnelle japonaise.

La construction en détail

Le « Carré de Vie » est isolé pour résister au froid comme au chaud et permet de vivre confortablement durant les quatre saisons. La construction de « Carré de Vie » repose sur la transposition de tout le savoir-faire d’un constructeur spécialiste de la maison Ossature Bois Basse consommation. Sur la toiture sont posés des panneaux solaires dont l’énergie peut être stockée et réutilisée selon les besoins. Cela permet de parer aux besoins énergétiques par mauvais temps et faible ensoleillement. Ces panneaux sont régis par un système qui peut être commandé depuis son propre smartphone à distance.

Sous les panneaux solaires du toit, l’eau est récoltée dans des bâches à eau. Cette eau est traitée et peut ainsi alimenter les douches et permet de faire la vaisselle. Elle n’est pas potable cependant. Elle est ensuite rejetée dans un bassin d’assainissement appelé PHYTOFLOTTANTE® où les eaux grises et noires sont traitées naturellement pour revenir dans la nature.

A qui cette forme d’habitation s’adresse-t-elle ?

Provisoire ou annuelle, touristique, professionnelle, de loisir ou lieu de vie, les habitations « Carré de Vie » s’adressent à tout type de public : individuel professionnel, collectivité.

Il existe un habitat « Carré de Vie » chez un particulier à Châteuneuf-du-Pape qui l’a installé sur son lac pour un usage privé. La mairie de Castelnau-Lassouts-Lous près de Sainte-Eulalie-d’Olt au cœur de l’Aveyron dans la Vallée du Lot, utilise le logement pour des nuitées touristiques tout comme la commune de Gruissan dans l’Aude  qui a amarré l’habitation dans son avant-port, une première implantation en eau de mer !

Le tout consiste aujourd’hui à faire évoluer la législation autour de ce type d’habitat totalement nouveau.

Quelle législation pour ces navires habitables ?

Totalement novateur et non identifié comme une habitation traditionnelle, le « Carré de Vie » ne dépend pas d’un permis de construire. L’architecte Jacques Pierrejean travaille donc de concert avec les autorités notamment avec l’Etat mais également avec le Parlement de la Mer qui cherche des solutions face à la montée des eaux sur le littoral. « Le Parlement de la mer d’Occitanie nous a sollicités et nos références contribuent d’ailleurs à établir de nouvelles bases de réglementation ».

« Il s’agit désormais de savoir classer le projet dans des cases pour pouvoir l’entourer de normes et d’une législation. Mais le gouvernement et les instances du littoral sont également à la recherche de solutions pour parer aux changements climatiques qui provoquent par exemple la montée des eaux. On incite d’ailleurs les campings à construire sur pilotis. Nous pouvons travailler ensemble une nouvelle approche touristique », conclut l’architecte bien décidé à travailler de concert avec les acteurs locaux et nationaux pour développer des projets à faible impact environnemental tout en favorisant la qualité de vie.

« Carré de Vie », ce sont des espaces qui allient design et innovation, qualité de vie et bien être, le tout dans une démarche environnementale. Aussi, de tels projets ne peuvent qu’être amenés à se développer même si les contraintes administratives sont des freins dans un premier temps. « Il faut éveiller les esprits sur les possibilités qu’offre ce type d’habitat et ce qui semble impossible un jour devient possible le lendemain. S’éveiller à de nouvelles perspective d’habitation, c’est penser demain en harmonie et sereinement ». L’éveil : une pratique que Jacques Pierrejean applique quotidiennement dans son travail, pour une plus belle qualité de vie. Merci !

Portrait -  Jacques Pierrejean :

Jacques Pierrejean, en visionnaire, a été un des premiers à aménager les intérieurs des Jets et des Yachts comme de luxueux lieux de vie. Issu de l’Ecole Boule, cet architecte-designer, originaire de Millau en Aveyron a côtoyé chefs d’Etat, roi Saoudiens ou bien encore les plus prestigieuses compagnies aériennes du monde.

A son actif côté Yacht : le 5ème plus grands motor yacht au monde avec 141 mètres qu’il a dessiné de l’extérieur jusqu’au moindre petit détail.

Modeste et toujours curieux, il voit son entreprise comme « un laboratoire de recherche » en perpétuel renouvellement d’idées.

Il a su créer des univers ainsi que son univers bien à lui qu’il nous offre à découvrir au travers des constructions « Carré de Vie » fabriquées par l’entreprise Boissière à Millau dans l’Aveyron.

Un double retour aux sources pour cet homme à la carrière internationale mais profondément ancré dans une nature qu’il souhaite préserver. Chapeau bas !

Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.