Ariège-Pyrénées, Un massif forestier qui ne laisse pas indifférent

1 mars 2018 écrit par Stéphanie Bonnet

Territoire rural dominé par la forêt, le département de l’Ariège détient un taux de boisement largement au dessus de la moyenne nationale. On est en effet ici dans une valeur de 41% alors que la moyenne en France est de 26%.

Le fort exode rural explique en partie la déprise des terres agricoles qui ont vu gagner à nouveau la forêt au fil des ans. Mais il faut savoir également que les aides du gouvernement depuis les années 50 en faveur de la reforestation ont participé au développement de la région forestière de l’Ariège.

Constats forestiers et historiques

Le Massif Forestier des Pyrénées-Ariégeoises est riche en essences tant feuillues que résineuses même si les feuillues sont majoritairement en présence sur 67% des formations boisées. Les hêtres dominent mais il faut savoir que le sapin pectiné et les conifères sont de très belle qualité.

L’espace forestier se distingue en étage dans le massif forestier des Pyrénées-Ariégeoises.

La forêt privée n’est pas présente uniformément suivant que l’on se trouve à basse altitude ou en étage. La forêt peut en effet persister à  plus de 2 000m d’altitude.

Dans cette région forestière de l’Ariège, les forêts domaniales se situent en bordure des estives en altitude tandis que les forêts privées sont concentrées à plus basse altitude davantage à 300 m. La forêt communale se situant quant à elle dans l’étage intermédiaire.

Une exception toutefois avec la forêt royale de Sainte-Croix Volvestre qui a la particularité d’héberger, à une altitude étonnamment basse, d’importants peuplements de sapins pectinés, vestiges d’une période climatique plus froide !

L’explication de ce constat est historique. En effet, les forêts domaniales présentes sur le massif forestier des Pyrénées-Ariégeoises sont anciennes, voir même très anciennes car elles sont royales. Elles servaient en effet à alimenter le royaume au XVI et XVIIème, en bois pour la construction et notamment pour la construction royale.

Il s’avère que les rois se sont réservé les forêts les plus productives de la région forestière de l’Ariège. En montagne, ce sont les zones à résineux dont la croissance est rapide et la rectitude parfaite pour la construction de pièces pour les mâts des navires. Les habitants des communes disposaient toutefois de droits d’usage sur la forêt domaniale (pour le bois d’œuvre, le bois de chauffage et autres productions forestières).

Les forêts privées situées dans le massif forestier des Pyrénées -Ariégeoises, sont quant à elles, issues de la reconquête naturelle des terres agricoles abandonnées depuis le début du XXème siècle.

Focus sur la forêt de Bélesta…

Joyau de l’Ariège, la forêt de Bélesta s’étend sur 230 km², du St Barthélémy aux Gorges de l’Aude. On est ici sur une roche calcaire avec un climat aux influences méditerranéennes. Un bon niveau de pluviométrie permet un beau développement des sapins. Cette forêt, située aux portes de l’Aude est réputée pour ses futaies de sapins pectinés.

Pendant des siècles, les habitants de Bélesta, Fougax et l’Aiguillon, ont conservé ce précieux privilège de s’approvisionner dans la forêt de Bélesta pour leurs usages personnels en bois de chauffage ou en construction. Déjà sous Colbert, la forêt de Bélesta servait à construire des mâts de bateaux de très belle qualité. Le transport se faisait par voie d’eau, sur l’Aude, en direction des chantiers navals de Toulon.

Aujourd’hui la population locale jouit encore du droit de cueillette des champignons.

…Et sur la forêt du Pays de Sault

Aux confins des Pyrénées Audoises et Ariégeoises, le pays de Sault (qui vient du latin Saltus = forêt) séduit par la diversité de ses paysages et la richesse de son patrimoine naturel mais aussi culturel.

Le Belvédère du Pas de l’Ours offre en effet une vue imprenable sur les Gorges de la Frau, site désormais classé, qui fait office de tracé du sentier cathare, et haut lieu d’événements sanglants pendant la période de l’inquisition.

Avant 1670, également, le Pays de Sault exportait des sapins pour les mâts des petits vaisseaux de la méditerranée.

Sur le grand plateau, on peut aujourd’hui jouir de vastes circuits touristiques permettant d’admirer le sapin de l’Aude mais aussi des sapins géants et ancestraux. Les forêts ont fait la richesse du plateau de Sault à une époque où la principale industrie de ce territoire était le bois.  Aujourd’hui, quelques arbres centenaires méritent le détour.

Des essences variées suivant les régions forestières de l’Ariège

La forêt du massif forestier des Pyrénées-Ariégeoises est belle. Sa beauté vient de la diversité des arbres et arbustes qui la composent. Une diversité qui tient de la grande amplitude altitudinale de cette région forestière. Elle oscille en effet entre 300 m et 2 000m d’altitude. Ainsi, les arbres de ce massif forestier sont habitués à recevoir de grandes quantités de neige en un temps restreint.

Dans le secteur de Foix-Varilhes, on se trouve dans la partie la plus boisée du massif forestier des Pyrénées Ariégeoises avec un taux de boisement de 59%. Nous sommes notamment dans l’important massif domanial du Consulat de Foix. Un massif d’ailleurs géré par l’ONF. Le châtaignier, le chêne, le tilleul, l’érable l’aulne, l’Orme et le hêtre sont très présents.

En Arize-Lèze ; le taux de boisement est de 48%, le relief est moins prononcé et il permet l’installation d’une culture extensive dans de larges vallées.

Ici peu de forêts domaniales et on ne compte que très peu de forêts communales. La forêt privée peut donc se développer, elle présente la caractéristique d’être moins morcelée que la forêt française en général. Ici le châtaignier cède sa place à l’acacia.

Quant à la  dernière région forestière de l’Ariège : le Tarasconnais-Vicdessos, elle est moins pourvue en taux de boisement par rapport au reste du département. Nous sommes à 37%. Le sapin est habitué à recevoir de grandes quantités de neige en temps restreint. La forêt domaniale est également bien présente. On constate un fort morcellement de la propriété privée qui est en moyenne de 0.5 ha, ce qui constitue de très petites propriétés.

Nous nous situons là en haute chaîne primaire des Pyrénées qui va jusqu’à 2 300 m d’altitude. A ce niveau là, on est au-delà de la limite supérieure de viabilité des écosystèmes forestiers. De manière générale, le massif forestier des Pyrénées Ariégeoises est composé en basse altitude de chênes, de châtaigniers et de peupliers noirs. Plus haut, on trouvera du hêtre mélangé au sapin. A l’étage supérieur, le sapin pectiné, le bouleau verruqueux et le pin à crochet, prennent le relai.

En mélange parmi ces espèces, on trouve des essences feuillues précieuses comme le merisier, le frêne, l’érable, l’alisier, le noyer dont le bois est très recherché et qui a fourni pendant longtemps la matière première nécessaire aux ateliers d’ébénisterie.

Economie forestière  en Ariège-Pyrénées

La forêt, dans la région forestière de l’Ariège se porte bien, son exploitation est parfois difficile mais les entreprises locales d'exploitation forestière ont su pallier aux difficultés dues au relief quelquefois important. Le fort morcellement, la parcellisation, le relief, le manque de dessertes sont incontestables mais ces données rendent la forêt accessible financièrement sans toutefois exclure une exploitation qu'il faut savoir diriger. Aussi, la politique forestière de la région encourage au regroupement. Depuis 2004, il existe une Charte Forestière du Pays Couserans qui a pour but d’encourager l’activité et l’emploi à partir des ressources du massif.

L’économie forestière en Ariège-Pyrénées n’est pas uniforme. Le morcellement de la propriété induit des exploitations plus difficiles. Toutefois cette dernière joue un rôle dans le quotidien des locaux. En effet, historiquement, les habitants s’approvisionnent en champignons y compris dans les forêts domaniales.

D’autre part, la forêt joue différents rôles : loisir, protection en altitude, régulation des eaux et des climats, stabilisation des sols en pente et production de bois.

La filière bois joue un rôle prééminent dans l’économie forestière en Ariège-Pyrénées

La filière bois joue un rôle prééminent dans l’économie forestière en Ariège-Pyrénées à différentes échelles si on prend également en compte les activités papetières dans le St Gironnais. La forêt et le bois occupent en effet un rôle non négligeable dans l’emploi de la région.

L’unité de production de l’usine Fibre Excellence installée à St Gaudens en Haute-Garonne, non loin du massif forestier des Pyrénées  Ariégeoises produit en effet 300 000 tonnes par an de pâte à papier blanchie. On y fabrique aussi bien la pâte à papier issue de bois feuillus que de bois résineux. 260 personnes travaillent dans cette usine mais on compte dans les 2500 emplois induits au niveau local et régional. 1 100 000 tonnes de bois sont transformées par an. Un atout pour l’économie forestière en Ariège-Pyrénées.

La région forestière Ariège-Pyrénées regorge de possibilités en termes d’exploitation, même si le morcellement est important et les dessertes encore insuffisantes. Pour autant, la politique forestière de la région encourage les aménagements pour que l’économie forestière en Ariège-Pyrénées se développe et génère de l’emploi.

France régions forestières Massif forestier Pyrénées-Ariégeoises Pays de Sault Forêt de Bélesta
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.