Investir dans la Forêt Acadienne

12 décembre 2017

La forêt Acadienne incarne la zone de transition forestière entre la forêt boréale et les forêts essentiellement composées de feuillus qui occupent le Nord-Est des Etats Unis. Peu étendue, cette zone forestière a la particularité de présenter de grandes variétés.

Le type de forêt Acadienne est remarquable par son mélange important d’espèces de feuillus et de conifères.

Près de 400 ans après l’arrivée des Européens sur cette terre qui ont su exploiter ses ressources naturelles, la forêt Acadienne séduit toujours autant. Acheter une forêt au Nouveau-Brunswick ou en Nouvelle-Ecosse, c’est encore possible !

La forêt Acadienne, un boisé dense situé dans les Maritimes

Elle n’occupe que 2,2% des terrains forestiers du Canada et pourtant la région forestière que constitue la forêt Acadienne est tout à fait remarquable de par la grand variété d’essences qu’elle abrite tant en conifères qu’en feuillus. En effet nous sommes en présence d’une forêt mixte composée d’un mélange dense de feuillus et de conifères.

C’est également dans les Maritimes que la concentration de terres à bois privées est la plus forte. 47% des forêts qui constituent la Nouvelle Ecosse sont privées et 30% des forêts du Nouveau Brunswick appartiennent également à des propriétaires privés. Un atout pour acheter une forêt au Nouveau-Brunswick ou en Nouvelle-Ecosse !

Entourée par la mer, cette région forestière présente des hauteurs qui ne sont pas protégées des vents marins dominants ce qui influence directement la croissance et la conformation des peuplements forestiers. Dans la majeure partie de cette région, le climat est maritime stable et modéré. Toutefois, les hivers peuvent être froids et neigeux tandis que les étés peuvent être frais.

Proche des océans et des ports de mer, la forêt Acadienne est sensible aux invasions d’organismes nuisibles exotiques, notamment sur des secteurs qui ont subi des coupes à blanc. Elle fait dont l’objet d’attentions sur le plan écologique en effet on observe aujourd’hui moins de variétés d’espèces animales.

Une région qui abrite également de nombreux parc provinciaux et nationaux comme le Fundy, le Kouchibouguac au Nouveau-Brunswick, celui de l’Ile-du-Prince- Edouard et le kejimkujik et celui des Hautes-Terres-du-Cap-Breton en Nouvelle Ecosse.

Une multitude d’essences

La forêt Acadienne et plus particulièrement la Vallée de Grande-Anse au sein du Parc National des Hautes-Terres-du-Cap Breton est réputée mondialement pour ses peuplements anciens de feuillus et plus particulièrement pour sa forêt homogène d’érables à sucre centenaires.

La forêt Acadienne extrêmement diversifiée abrite également une flore et faune denses.. 

Dans la région Acadienne, on remarque des peuplements isolés notamment dans les basses terres de la frange côtière ainsi que dans les grandes vallées protégées. Ces peuplements s’avèrent être séparés par les montagnes.

Certaines vallées ne vont abriter que des feuillus comme au Cap Breton et l’on retrouvera des érables à sucre, du merisier, du hêtre américain, du sapin baumier ou bien encore de la pruche. En revanche, dans d’autres terres à bois, on retrouvera de l’épinette rouge, du chêne rouge, du frêne blanc, ou bien encore de l’Ostryer de Virginie.

La forêt Acadienne extrêmement diversifiée abrite également une flore et faune denses. Certains arbres vigoureux peuvent ainsi aller de 100 à 300 ans et jusqu’à 1 m de diamètre.

Une forêt largement privée

La forêt Acadienne est une terre à bois très connue des Européens qui ont exploité ses terres depuis plusieurs siècles maintenant. Dans cette partie maritime des terres canadiennes, il est possible d’acheter une forêt au Nouveau-Brunswick ou en Nouvelle Ecosse. En effet, le nombre de propriétaires privés est très important dans ces provinces réputées pour générer une forte activité forestière.

On ne compte en effet pas moins de 40 000 propriétaires de terres à bois privées au Nouveau Brunswick.

Ces derniers se divisent en deux catégories que sont les « non-industriels » qui se partagent 1.7 millions d’ha boisés et les industriels privés qui eux sont propriétaires d’1.2 millions d’ha.

La superficie moyenne d’une terre à bois privée au Nouveau Brunswick ira donc de 10 à 4000 ha, sachant que la moyenne de la propriété forestière est évaluée à 45ha. 30% du couvert représente des petites parcelles, ce qui laisse entrevoir de belles perspectives pour acheter une forêt au Nouveau-Brunswick ou en Nouvelle Ecosse. En effet, 51% de la surface forestière y est privée !

En Nouvelle Ecosse, on comptabilise 31 000 propriétaires privés. Sur 3.9 millions d’ha de terre à bois, 1.7 millions appartiennent à des privés « non-industriels » et 850 000 ha de boisés privés sont détenus par des industriels. La moyenne de la propriété forestière est dans cette province canadienne de 57ha. Ici le sirop d’érable, l’arbre de Noël, les baies mais aussi le bois de chauffage sont largement exploités. Autant de possibilité pour rentabiliser son investissement forestier au Canda.

 

Il faut savoir qu’une partie des peuplements anciens de la Forêt Acadienne est protégée. En effet, la forêt est potentiellement en danger si on ne prête pas attention à la disparition de certaines espèces. Le déboisement important du territoire dû à l’agriculture a généré des coupes à blanc au cours des décennies passées qui se sont poursuivies par d’importantes opérations forestières industrielles.

Des programmes de protection ont été mis en place par les pouvoirs publics, en accord avec les propriétaires privés industriels ou non. Acheter une forêt au Nouveau-Brunswick ou en Nouvelle Ecosse, c’est aussi s’inscrire dans une dynamique de développement durable pour sa terre à bois.

Canada Économie achat foret régions forestières Terre à bois Nouvelle Ecosse Forêt Acadienne Nouveau Brunswick
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.