Productive forêt du Columbia

13 décembre 2017

Située en Colombie Britannique mais également en Alberta, à l’Ouest du Canada, la Forêt du Columbia est une forêt intérieure peu étendue mais luxuriante aux conditions météorologiques particulières, générant une végétation dense et remarquable. Le résineux est roi et son exploitable rentable. La terre à bois dans cette zone de végétation est une source importante de revenus !

Couvrant 39 080 km² soit à peine 1% des terrains forestiers du Canada, la forêt du Columbia s’étend du creux des vallées aux montagnes (jusqu’à 1200m d’altitude).

Sa végétation très dense, accueille une faune et une flore remarquables. Airelles à fruits roses, lis du Canada, lychens variés, bois piquant et même azalée blanche sur brulis, en moyenne montagne, côtoient grizzli, caribou des forêts, chèvres des montagnes ainsi que wapitis pour ne citer que ces espèces.

Une forêt dont l’exploitation importante est régie par une législation provinciale rigoureuse. Toutefois, acheter une forêt en Colombie-Britannique reste de l’ordre du possible !

Une forêt très localisée sur deux provinces canadiennes

La forêt du Columbia pousse au milieu des chaînes montagneuses situées dans le Sud Est de la Colombie Britannique ainsi que dans la partie Sud Ouest de l’Alberta. Nous nous situons ainsi à 600 km de la côte pacifique. Une terre à bois par excellence !

Appelée Ceinture humide ou forêt pluviale tempérée de l’intérieur, la forêt du Columbia connait en son sein une richesse et une diversité grâce à son climat. En effet des masses d’air humides se déplacent de la côte vers l’est régulièrement et déversent ainsi des précipitations sur les chaînes de montagne de l’intérieur. On assiste à des étés longs et chauds et à des hivers frais et humides avec des moyennes allant de 14° à -5° en hiver.

Seule forêt pluviale tempérée intérieure du monde, la forêt du Columbia voit la plus grande partie de ses précipitations tomber sous forme de neige et non de pluie lorsque l’on monte en altitude.

La végétation y est dense avec une présence de gros arbres.

Le résineux est majoritaire et permet de beaux échanges commerciaux car on en tire majoritairement du bois d’œuvre. L’essentiel du bois d’œuvre vendu par le Canada provient de résineux tels que l’épinette, le pin, le thuya (appelé également Cèdre au Canada) ou bien encore le sapin.

Acheter une forêt en Colombie-Britannique, c’est bénéficier d’une position géographique ainsi que d’une qualité d’un bois qui sont propice à l’exportation notamment en bois d’œuvre.

On compte 30 000 km2 de terres à bois privées en Colombie-Britannique tandis que la forêt est exclusivement publique en Alberta. Ce qui n’exclu pas de pouvoir l’exploiter. En effet, il est possible de récolter les bois des terres de la Couronne sous certaines conditions. On comptabilise ainsi 23.4 millions d’ha de terres publiques d’Alberta faisant l’objet d’accords forestiers. Les normes de reboisement sont spécifiques à la province de l’Alberta.

Deux parcs régionaux sont abrités par la Forêt du Columbia : Le Mont-Revel Stoke et le Parc National des Glaciers. Ils font l’objet de toutes les attentions notamment en matière environnementale.

Des essences spécifiques

Dans ce secteur du Canada, la forêt du Columbia peu étendue et limitée géographiquement, représente une zone de végétation abritant des essences diverses et caractéristiques.

En faible altitude, on retrouvera du thuya et de la pruche. En zone riveraine, ce sera plutôt de l’épinette blanche et en moyenne altitude, on retrouvera de l’épinette Engelmann et du sapin subalpin. Ces deux dernières essences sont d’ailleurs dominantes.

Plus on monte en altitude et plus les conditions de croissance sont difficiles. L’if de l’ouest s’avère être une des rares espèces d’arbre qui s’est adaptée à toutes ces conditions.

Sa longévité et sa croissance sont lentes. Il s’agit du rare conifère à ne pas produire de cône. Il donne des graines protégées par une enveloppe de couleur rouge qui ressemble à des baies. 

 

(If de l'Ouest : Photographie ressources naturelles Canada, Service Canadien des Forêts)

Dans les vallées, le long des cours d’eau le peuplier de l’ouest se mêle au thuya géant et à l’Epinette d’Engelmann qui sont les essences prédominantes. Dans les forêts du sud, on retrouvera le Mélèze de l’ouest.

Thuya géants, pruche de l’ouest, sapin grandissime, bouleau à papier autant d’essences que l’on retrouve également en forêt pluviale tempérée de l’intérieur.

Autant d’essences bénéfiques à une réelle économie forestière. Acheter une forêt en Colombie-Britannique, c’est accéder à des essences résineuses offrant de belles possibilités d’exploitation.

La forêt du Columbia : entre exploitation et loisirS

En Colombie Britannique, l’industrie forestière est loin d’être négligeable et cette activité est en grande partie due à la forêt du Columbia. 92.6% de cette forêt est en effet classée comme productive ce qui est colossal. La production de ligneux est très importante ce qui permet une exploitation et un commerce dynamiques d’autant plus que l’accessibilité est facilitée par des voies très bien entretenues. Autant de bonnes raisons d’acheter une forêt en Colombie-Britannique.

Située sur deux provinces : la Colombie-Britannique ainsi que l’Alberta, la forêt du Columbia n’offre des possibilités d’achat que sur la première province. Mais il est largement possible d’exploiter des terres à bois de la couronne en Alberta. En effet on comptabilise 23.4 millions d’ha de terres publiques faisant l’objet d’accords forestiers. Il faudra toutefois se conformer aux normes de reboisement de l’Alberta.

Urbanisée uniquement depuis la fin du XIXème siècle, la Colombie Britannique a très vite développé une industrie forestière

Celle-ci génère emplois et excédent commercial dans le secteur des produits forestiers. Quand on sait que la Colombie Britannique produit la moitié du bois d’œuvre au Canada, on imagine les possibilités d’exploitations qui existent. Une foresterie dynamique qui fait partie intégrante de l’économie du territoire.

La randonnée, la chasse, l’escalade, la pêche sont des loisirs pratiqués par un grand nombre de visiteurs de cette forêt du Columbia. Acheter une forêt en Colombie-Britannique c’est aussi s’offrir des possibilités de loisirs dont la chasse. Une terre à bois aux multiples vocations...

 

Canada Économie régions forestières Terre à bois Forêt du Columbia Achat Terre à bois Colombie Britannique
Votre navigateur n'est pas à jour, votre experience sur le site ne sera pas opimale.